Lettre du dimanche : 13e dim ordinaire B

Résurrection de la fille de Jaïre , monastère de Ferapontov. Dionisius

Dieu créa la vie et Dieu vit qu’elle était bonne.

Dieu a créé la vie, il n’a pas fait la mort. Il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. Et cependant la mort s’impose à nous. Tout passe, tout est éphémère. De là à conclure que la mort règne, il n’y a qu’un pas.
En réalité ce qui est important est invisible pour les yeux. Par la résurrection de Jésus la mort est vaincue à jamais.

Première lecture : Sagesse 1,13-15 ; 2,23-24

Le texte de la Sagesse affirme avec force cette vérité : Dieu n’a pas fait la mort. Il faut nous en convaincre car les apparences sont contraires, mais trompeuses. Une vision pessimiste du monde, une psychologie doloriste, un reste de jansénisme par rapport à la croix, ont pu faire oublier que DIEU EST LE VIVANT qui fait vivre, qu’Il a créé le monde et qu’Il l’a créé “bon”’ et qu’Il nous destine à la Résurrection et à la VIE ETERNELLE. Dieu a créé l’homme pour une existence impérissable.
Seul le péché de l’homme introduit la mort dans le monde.

Evangile : Marc 5,21-43

La puissance de vie de Jésus est telle qu’il peut guérir les malades et ressusciter les morts. C’est ce que l’Evangile de ce dimanche nous relate. Une petite fille est à toute extrémité, une femme est atteinte d’une perte de sang depuis douze ans. Sa vie s’écoule avec son sang.
La priorité accordée à la VIE prime tout dans le judaïsme. Le Shabbat lui-même DOIT être « profané » si la vie le requiert. C’est dans cette perspective qu’il faut lire les passages évangéliques qui semblent indiquer que Jésus « transgresse » les lois de ce saint jour.

Psaume : 29 (30)

Hymne de gratitude d’un homme sur le point de mourir et à qui Dieu a rendu la VIE. Ce peut être aussi l’expérience d’Israël qui après l’exil, a pu revenir à Jérusalem et louer Dieu qui l’a ramené et sauvé.

Deuxième lecture : 2 Corinthiens 8,7-15

Texte d’une si grande actualité qu’il semble avoir été écrit pour la situation du monde aujourd’hui. Viser à ce que personne ne manque de ce qui est nécessaire à la vie. La générosité de Dieu déjà enseignée à Israël par le don de la manne, doit nous inspirer. Celui qui en avait ramassé beaucoup n’a rien eu de plus, et celui qui en avait ramassé peu n’a manqué de rien.

 Conclusion :

Croire en la victoire de la VIE, malgré les apparences contraires est une performance de la foi. Sa garantie : les promesses de Dieu et la Résurrection de son Fils.
Ne pas détériorer la création que Dieu a faite belle et bonne.

Notes

  • Talitha qoum : On discute de la langue que parlait Jésus. Ces paroles sont de l’araméen.
  •  Imposer les mains : Geste présent dans la Bible et toujours actuel dans les liturgies juive comme chrétienne : sacrements, bénédictions … Les mains de l’homme peuvent transmettre les dons de Dieu.
    C’est par l’imposition des mains que Jacob bénit ses enfants (Genèse 48,13-19), qu’Aaron bénit le peuple (Lévitique 9,22), que Jésus et ensuite ses apôtres guérissent les malades.

Textes parallèles

  •  Genèse 1 : Dieu vit que cela était bon.
  • Lévitique 17 : La vie est dans le sang
  • Deutéronome 30,15-20 : Tu choisiras la vie.
  • Ezéchiel 33,1-20 : Par ma vie, est-ce que je prends plaisir à la mort du méchant ?
  • Luc 30,27-40 : Dieu n’est pas un Dieu de morts mais de vivants.
  • Luc 25,28 : Fais cela et tu vivras.

Lettre à télécharger en .pdf

Source de l’illustration : Daniel Mortier. Photo de la fresque de l’église de la Nativité de la Vierge, de Dionisius (ca 1500), au monastère de Ferapontov (Russie). 29/06/2017 trouvé sur Wikicommons
Lien vers le site du musée