La lettre du dimanche : 33e dim ordinaire

Heureux le serviteur fidèle : Dieu lui confie sa maison. Contrairement à une idée encore trop répandue : la femme est mise à l’honneur dans les Écritures Saintes. Les textes de ce dimanche nous en sont un exemple qui se répète dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament. 

Première lecture : Livre des Proverbes 31, 10-31
Rappelons ici que le livre des Proverbes est un livre de Sagesse. En ce dimanche il nous présente le portrait de la femme vaillante, source d’harmonie et de bonheur pour toute sa maison. Elle connaît les vraies valeurs et les cultive, sachant que la grâce et la beauté sont vaines et décevantes. Les apparences peuvent être trompeuses, les vraies qualités trouvent dès ici-bas leur récompense. Son mari peut avoir confiance en elle, il fera son éloge aux portes de la ville. Ce texte du premier Testament peut être prolongé par la place que l’évangéliste Matthieu accorde aux femmes dans son Évangile.

Psaume : 128
Heureux qui craint le Seigneur, et marche selon ses voies. Nous retrouvons l’attitude de la femme vaillante et du parfait serviteur. Selon un principe du judaïsme : la récompense de la mitzva (acte conforme aux prescriptions de la Tora ou à la Tradition orale) c’est d’avoir accompli la mitzva !

Deuxième lecture : Première lettre de Paul aux Thessaloniciens 5,1-6
La liturgie poursuit la lecture de la lettre aux Thessaloniciens. Le serviteur modèle, fils de la lumière, n’a rien à craindre au jour du jugement, qui sera le dernier. Une seule recommandation : restons attentifs et vigilants dans l’humble service quotidien. Alors, le Jour de Dieu ne nous surprendra pas comme un voleur. 

Evangile : Matthieu 25, 14-30
Après l’éloge de la femme vaillante (1ère lecture), l’évangile fait celui du serviteur fidèle et propose ainsi un couple, une femme et un homme, pouvant, malgré le péché, redevenir conforme au modèle originel.Le serviteur fidèle prend soin de la maison en l’absence du maître et fait fructifier son bien comme si c’était le sien propre et cependant sans se l’approprier. C’est de la pure gratuité. Le vrai service est désintéressé. 

Conclusion: En présentant d’une part une femme vertueuse et d’autre part un serviteur fidèle, les textes de ce trente troisième dimanche interpellent par la Parole qui révèle à chacun la vérité de ses actes, en lui faisant prendre conscience de ses responsabilités et de la manière dont elles sont vécues.

Notes 

Talent : A la fois poids et monnaie. Environ 35 kg. Comme on utilise le talent pour peser les métaux précieux, le talent devient unité monétaire. A l’époque du NT et en Orient, le talent vaut 60 mines ou 6000 drachmes.

Récompense-salaire : En hébreu un même mot (sakar) désigne à la fois la récompense et le salaire. Ainsi en sera-t-il du Royaume promis aux serviteurs fidèles c’est-à-dire les justes qui ont marché selon les préceptes de la Tora.

Textes  Parallèles 

Ruth 4,11 : que l’Eternel rende ta femme semblable à Rachel.
1 Samuel 25,3 : c’était une femme de bon sens…
Proverbes 5,18 : Fais ta joie de la femme de ta jeunesse.
Proverbes 12,4 : une femme vertueuse est la couronne de son mari.
Isaïe 42,1 : voici mon serviteur que je soutiendrai.
Matthieu 25,28 : donnez-le à celui qui a les dix talents.
Marc 13,34 : Il remet l’autorité à ses serviteurs.

Télécharger la lettre ici.