Lettre du dimanche : Epiphanie

Debout Jérusalem ! Resplendis : elle est venue ta lumière ! 

La fête de l’Epiphanie nous ramène à Jérusalem au moment où les Mages venus d’Orient, animés par l’espoir d’y trouver le Messie, révèlent à ses habitants la naissance du « roi des juifs ».

Resplendis donc Jérusalem ! Debout ! Elle est venue ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi ! A nouveau, tu es devenue le pôle du monde, le phare vers lequel toutes les nations se dirigent pour y puiser à la source des Écritures, dont tu es la gardienne fidèle. Les païens sont associés au même héritage qu’Israël.

Première lecture : Is 60, 1-6

Ce texte d’Isaïe se situe sans doute entre les années 520-515, au retour de l’exil. Jérusalem est reconstruite par ceux qui reviennent de Babylone, et le Temple va être restauré. Dans une forme très poétique, l’auteur chante la gloire du Seigneur revenue dans sa Ville et la joie du peuple revenant sur sa Terre. Une vision d’avenir lui fait entrevoir les nations rejoignant les enfants d’Israël dans la Ville Sainte.

Evangile : Mt 2, 1-12

Matthieu montre dans l’offrande des Mages la réalisation de la prophétie d’Isaïe. La Tradition judéo-chrétienne a toujours vu dans cet oracle, qui combine deux textes différents, une prophétie annonçant l’avènement d’un personnage à venir, né à Bethléem, de le famille royale de Juda, chargé de gouverner le Peuple de Dieu. Matthieu voit la réalisation de cette promesse dans la naissance de Jésus. Quant aux Gentils (les Nations), ils sont appelés à reconnaître en Jésus, fils du Peuple juif, le Messie attendu.

Psaume : 71

Le psalmiste chante la prospérité qui adviendra en Israël quand régneront paix et justice. Sous Salomon, figure du Messie ? Alors les rois de la terre apporteront leurs présents à l’enfant de Bethléem, en qui ils reconnaîtront le chef, le berger d’Israël, annoncé par le prophète Michée.

Deuxième lecture : Ep 3, 2-6

Le Mystère désigne le dessein éternel de Dieu, jadis caché aux hommes, et maintenant révélé. Ce mystère s’est accompli en Jésus-Christ et se manifeste grâce au ministère de l’apôtre : appel des païens au salut, réconciliation des Juifs et des Nations, réunis dans un même corps, partageant les mêmes promesses, appelés au même héritage.

Conclusion : Une ville située sur une montagne, dira Jésus, ne peut rester cachée. Jérusalem en qui sont toutes nos sources, n’est plus la métropole religieuse d’un seul peuple. Maintenant, à partir d’elle, le Salut est offert à tous les peuples (cf Luc 24, 47).

Notes 

Mages : Prêtres ? Magiciens ? Astrologues babyloniens ? La légende populaire en a fait des Rois, ce que n’indiquent pas les textes bibliques.

L’encens et la myrrhe : sont des richesses et des parfums traditionnels en Orient.

Hérode le Grand : (73 av. J.C. à 4 après .J.C.) Iduméen, fils d’Antipater. Roi de Judée-Galilée-Samarie, avait reconstruit le Temple de Jérusalem.

Très cruel, il fit exécuter Jean-Baptiste, assassina plusieurs membres de sa famille, et réprima maintes rebellions dans le sang.

Roi des juifs : expression utilisée dans l’évangile de Matthieu par les seuls païens (cf Pilate à la Passion de Jésus : Es-tu le Roi des Juifs ?

La nuée : est le symbole de la gloire de Dieu.

Les Gentils : du latin gentes- nations – désigne habituellement les non-juifs (nations) dans le Nouveau Testament.

Textes Parallèles 

Ex 24,16 : La gloire du Seigneur demeura sur la montagne du Sinaï et la nuée le couvrit.

2 Sam 5,2 : C’est toi qui fera Paître Israël mon peuple.

Mic 5,1-3 : Et toi, Bethléem Ephrata …de toi sortira pour moi Celui qui doit gouverner Israël.

Col 1,27 : Dieu a voulu leur faire connaître quelles sont les richesses et la gloire de ce mystère parmi les païens : Christ au milieu de vous !

Ap 21, 9-11 : Alors un des sept anges me transporta sur une haute montagne et me montra la Cité Sainte, Jérusalem. Elle brillait de la Gloire même de Dieu.

Télécharger la lettre ici.