Bernardins : La messianité dans le judaïsme

Collège des Bernardins. ParisNous vous relayons avec plaisir cette proposition de cours d’Hervé Elie Bokobza

Je vous annonce mon prochain cours sur Jésus et le messianisme d’un point de vue des textes juifs. Il s’agit d’un cours de 24h, 2h par semaine les mercredis de 17h à 19h à partir du mercredi 6 février. 

Nous aborderons trois axes de réflexion sur la question de Jésus en lien avec la conception juive globale du messianisme :

Continuer la lecture de « Bernardins : La messianité dans le judaïsme »

La diversité des courants religieux du judaïsme contemporain

Marie-Christine Emine, membre du CIRDIC, professeur agrégée d’Histoire, intervenante au Collège des Bernardins nous propose quelques éléments pour comprendre la diversité des courants religieux du judaïsme contemporain.

Sommaire :

  • Un judaïsme pluriel
  • Orthodoxes contre réformés
  • La grande famille des « Orthodoxes »

En fin du document, vous trouverez le glossaire explicitant tous les mots en caractères gras

Continuer la lecture de « La diversité des courants religieux du judaïsme contemporain »

‘Hanouka 5779 : du 2 décembre au soir au 9 décembre 2018

MAHJ. Hanoukkiyyah, Alsace-Lorraine, 19e-20e siècles

‘Hanouka est une fête juive hivernale qui dure huit jours. C’est la « Fête des Lumières ». Au cœur de la fête se trouve l’allumage de la ménorah de ‘Hanouka (appelée parfois aussi ‘hanoukia du nom de la fête). La ménorah contient neuf flammes, dont l’une est le shamash (le « préposé »), utilisé pour allumer les huit autres lumières qui, elles, constituent la mitsva. La première nuit, nous allumons une seule flamme. La seconde, une flamme supplémentaire. À la huitième nuit de ‘Hanouka, les huit flammes sont allumées. Des bénédictions particulières sont récitées, souvent avec une mélodie traditionnelle, avant d’allumer la ménorah, et des chants traditionnels sont entonnés par la suite.  Continuer la lecture de « ‘Hanouka 5779 : du 2 décembre au soir au 9 décembre 2018 »

Soukkot. Fête des Tentes

Composants du Loulav2018 : du dimanche 23 septembre le soir, au mardi 2 octobre 2018
Vous pouvez écouter la conférence du Rabbin Alexis Blum sur le site AKADEM “Soucot la liberté en cabane” (9mn)
Après Pessah et Shavouot, Soukkot est la troisième fête de pèlerinage. Elle est encore appelée Fête des Tentes. Célébrée durant une semaine, elle commence le 15 Tishri. Continuer la lecture de « Soukkot. Fête des Tentes »

Quelles sont les fêtes juives célébrées en septembre ?

Soucca, Synagogue Beith Yossef, Pletzl, Marais, 18 rue des Ecouffes, IVe arrondissement, Paris, France. 2009Pour nos amis Juifs, la nouvelle année commence avec les fêtes “austères” suivies de la fête de Soukhot.

Dates pour l’année 5779 / septembre – octobre 2018

  • Rosh Hashanna : du dimanche soir 9 septembre 2018 au mardi soir 11 septembre
  • Kippourdu mardi soir 18 septembre 2018 au mercredi soir 19 septembre 2018
  • Soukkot : du dimanche 23 septembre au soir au dimanche soir 30 septembre
  • Shemini Atseret (8e jour de soukkot)
  • Sim’hat Torahdu lundi 1er octobre au soir au mardi soir 2 octobre 2018

Rosh Hashanna 2018 : début 9 septembre

Nous souhaitons une bonne et douce année 5779 à nos amis juifs

Pour en savoir plus :

A cette occasion, le SDRJ propose des cartes de vœux et des affiches. Chaque chrétien est invité à envoyer aux personnes juives qu’il connaît une carte de vœux afin de lui exprimer son amitié ou sa sympathie.
Pour se les procurer : lien sur le site de l’AJCF
Vous pouvez aussi demander dans les secrétariats de vos paroisses s’ils les ont reçues.

Roch ha-Chana

Roch ha-Chana, littéralement “tête de l’année”, inaugure les fêtes d’Automne prescrites par la Tora. Elles sont préparées par un mois entier, le mois de Elul centré sur la Techouva–repentance. La joie, réelle, est plus intérieure que celle des fêtes de pèlerinage. Ces “rencontres” situent l’homme en vérité devant son Créateur en lui faisant prendre la juste mesure de lui-même. Ces célébrations confrontent chacun à sa condition de créature pécheresse.

Continuer la lecture de « Roch ha-Chana »