La lettre du dimanche : Fête du Corps et du Sang du Christ

Celui qui mange de ce pain vivra éternellement…

Célébrée pour la première fois en 1246, la Fête-Dieu ou Fête du Saint Sacrement fut étendue à toute l’Église en 1264 par le pape Urbain IV. Aliments les plus ordinaires, le pain et le vin sont de ce fait sacrés depuis toujours. Et parce qu’ils sont sacrés, ils sont devenus sacrement c’est-à-dire ‘rite qui signifie la présence de Dieu et la provoque dans le même temps’. Dans le judaïsme, au début de tout repas, le père de famille prononce une bénédiction sur le vin et le pain, signifiant par là que la subsistance quotidienne est don de Dieu et qu’il convient de lui en rendre grâce. Jésus-juif s’est soumis à ce rite que l’Église a maintenu dans la célébration eucharistique. Continuer la lecture de « La lettre du dimanche : Fête du Corps et du Sang du Christ »

La lettre du dimanche : Sainte Trinité

Dieu a tant aimé le monde… Frères, Soyez dans la joie ! 

Le mystère de la Trinité est certainement le plus difficile à mettre en mots… Dieu est UN en trois personnes. Il est vrai qu’on ne peut parler d’unité qu’à partir du multiple. Il est vrai aussi que si Dieu est Amour, il ne peut exister solitaire… Continuer la lecture de « La lettre du dimanche : Sainte Trinité »

La lettre du dimanche : Pentecôte

Quand arriva le jour de Chavouot…
Ils furent tous remplis de l’Esprit-Saint !
 

Depuis la création l’Esprit de Dieu donne Vie au monde. Il plane sur les eaux et y fait naître la vie. Il couvre Marie de son ombre et fait germer en elle le fruit de la promesse. En ces temps qui sont les derniers l’Esprit ranime le souffle premier et toujours nouveau de la création.  Continuer la lecture de « La lettre du dimanche : Pentecôte »

La lettre du dimanche : 7e dim de Pâques

« D’un seul cœur ils participaient à la prière »

Les lectures propres à ce dimanche se situent différemment dans le temps : la première fait le récit de la réaction des apôtres après le départ définitif de Jésus, tandis que l’évangile rapporte le début de la prière dite « sacerdotale » lors du dernier repas avec ses disciples, avant la Passion. Continuer la lecture de « La lettre du dimanche : 7e dim de Pâques »

La lettre du dimanche : Ascension du Seigneur

La fête de ce jour présente un double paradoxe. Son intitulé – Ascension du Seigneur – pourrait nous faire penser que cet événement spectaculaire est l’essentiel de ce qu’il faut retenir. L’autre paradoxe est que ce départ, cette privation, s’accompagne en fait d’un don magnifique, celui de l’Esprit Saint qui nous donne la force spirituelle de Jésus lui-même, nous met en mouvement vers les nations, et fait que Jésus est désormais plus qu’avec nous, en nous. Continuer la lecture de « La lettre du dimanche : Ascension du Seigneur »

Pourim : dimanche 12 mars 2017


La fête de Pourim
(les sorts), le 14 Adar, est la célébration du miracle qui a sauvé le peuple juif en Perse, vers l’an 480 avant l’ère courante. L’histoire de Pourim est racontée dans le livre d’Esther.

Pourim commémore la libération des juifs de Perse au temps d’Assuérus, telle qu’elle est rapportée dans le livre d’Esther. Pour rappeler cet épisode de salut du peuple juif, le rouleau d’Esther est lu deux fois par an, publiquement et dans son intégralité, lors de la fête de PourimContinuer la lecture de « Pourim : dimanche 12 mars 2017 »

Tou Bishevat : Samedi 11 février 2017


Tou Bishevat
est une fête mineure, célébrée le 15 Shevat, date fixée par Hillel au tournant de l’ère chrétienne pour le calcul de la dîme sur les fruits. Ce n’est donc pas une fête d’origine biblique. La date s’inscrit dans le cycle de la nature chaque année recommencé puisqu’elle correspond (à quinze jours près selon Shammaï » au moment où l’essentiel de la pluie annuelle est tombée en Eretz Israël et où la sève monte à nouveau dans les arbres pour les préparer à reverdir. Bien qu’aucune liturgie particulière ne marque cette journée, aucune prière pénitentielle n’est dite ce jour-là et le jeûne est interdit.  Continuer la lecture de « Tou Bishevat : Samedi 11 février 2017 »

L’année Juive, le calendrier Juif.

Pourquoi Rosh Ha-Shana (le Nouvel An juif) ne tombe-t-il jamais à la même date tous les ans ?
Pourquoi le calendrier juif n’a-t-il pas les mêmes mois que le calendrier usuel ?
Qu’est-ce qu’une année embolismique ?
Quelques explications et des liens pour comprendre :
Lire la suite de ce très bon article sur le site de l’AJCF.