Roch ha-Chana

Roch ha-Chana, littéralement « tête de l’année », inaugure les fêtes d’Automne prescrites par la Tora. Elles sont préparées par un mois entier, le mois de Elul centré sur la Techouva–repentance. La joie, réelle, est plus intérieure que celle des fêtes de pèlerinage. Ces « rencontres » situent l’homme en vérité devant son Créateur en lui faisant prendre la juste mesure de lui-même. Ces célébrations confrontent chacun à sa condition de créature pécheresse.

Roch ha-Chana est le premier jour de l’année civile tandis que l’année religieuse débute au mois de Nisan avec Pessah. A Roch ha-Chana, D.ieu a achevé la création de ce monde par celle du premier homme, Adam. Et la première parole d’Adam s’adressant à toutes les créatures, a été de proclamer son Créateur, Roi de l’univers en leur disant :  » Venez, inclinons-nous, prosternons-nous, plions le genou devant Dieu notre Créateur » (Psaume 95, 6).
C’est pour cela qu’à Roch ha-Chana, la communauté juive proclame la Royauté de D.ieu et son engagement à Le servir. Comme au premier Roch ha-Chana où D.ieu créa le monde, chaque année, Il reconsidère Sa création, examine la qualité des liens par lesquels l’homme s’unit à Lui et détermine la nature de Sa relation avec lui pour l’année qui commence.

Dans la synagogue parée de blanc, symbole de l’innocence à retrouver, l’office, dans une série de bénédictions, célèbre la royauté de D.ieu, ses « visites » à son peuple qui Lui sont rappelées (la cessation du déluge, la fin de l’esclavage d’Egypte, l’alliance sans cesse renouvelée), enfin les manifestations de Dieu au son du cor, du shofar (au Sinaï en particulier).
Le shofar est un instrument en forme de corne de bélier. Sa sonnerie, lors de l’office, proclame la souveraineté de Dieu et annonce le jugement, donc les temps messianiques :  » Sonnez du shofar à la nouvelle lune, à la pleine lune, pour notre jour de fête «  (Ps 81,4).

Source : http://livingwithmitzvos.com/rosh-hashana-questions/La coutume est de se souhaiter une bonne année en se présentant mutuellement un morceau de pomme trempé dans du miel, en disant :
« Que ce soit ta volonté, notre D.ieu et D.ieu de nos pères, de renouveler en notre faveur une année de bienfaits et de douceur »

Reconnu pécheur à Roch ha-Chana, chacun est invité à faire Techouva (repentance) pour être pardonné le jour de Kippour, jour du Grand Pardon. Dix jours « redoutables » séparent Kippour de Roch ha-Chana, dix jours de prière pour trouver la force du repentir, dix jours d’aumône et de réconciliation.
Rabbi Eliézer disait : « Convertis-toi un jour avant ta mort ! » Ses disciples lui demandèrent : « Un homme connaît-il le jour de sa mort ? » Il leur répondit : « A plus forte raison, qu’il se convertisse donc aujourd’hui, car peut-être il mourra demain ; et ainsi il passera tous les jours de sa vie dans la repentance. » Et Salomon aussi a dit dans sa sagesse : « Que tes vêtements soient toujours blancs. » Talmud de Babylone, Traité Shabbat, 153a.
Pour en savoir plus… rendez-vous sur le site Akadem pour y voir entre autre la conférence filmée du rabbin Yeshava Dalsace : Roch Hachana, grave mais pas triste. 09/2012.

Source : site SIDIC, 2016. MAJ 19/09/17
Source du tableau